Secundo

Des avantages fiscaux

  • Rendement locatif intéressant
  • Précompte immobilier moins élevé qu'en Belgique
  • Déclaration de votre résidence
Découvrir nos biens

Aspects fiscaux

L’immobilier en Espagne, un investissement avantageux !
Quels sont les avantages fiscaux pour l’immobilier en Espagne ?

Chaque année, en tant que propriétaire, vous serez tenu de payer un impôt calculé selon la valeur de votre bien immobilier, sa situation et le prix du terrain. En Espagne, c’est l’impôt sur les biens immeubles. Son coût représente environ 1% de la valeur cadastrale du bien qui est réévaluée tous les 8 ans. Le taux applicable ainsi que la révision de valeur cadastrale sont propres à chaque région. Cet impôt est perçu par la ‘SUMA’, un organisme intercommunal créé à cette fin.

Exemple : coût de 150 € par an pour un appartement neuf de 100.000 €

Comme dans tous les pays, les droits de ce type sont en Espagne assez compliqués et toujours traités au cas par cas.

Sachez toutefois que la rédaction d’un testament est comprise dans nos services, ce qui facilitera les démarches lors de successions et donations et vous apportera tranquillité et sécurité.

Il n’y a pas de taxe de mise en circulation en Espagne.

Si vous désirez immatriculer votre véhicule en Espagne, vous devrez effectuer votre demande d’immatriculation auprès de la Jefatura Provincial de Tráfico de votre lieu de résidence.

Une taxe routière (Impuesto de Circulación) est payable pour toutes les voitures enregistrées en Espagne. Elle est payable annuellement, d’habitude à votre mairie et le prix dépend de la marque et de la taille de votre véhicule; attendez-vous à payer environ 85€/an pour une voiture moyenne.

Vous êtes obligé de faire figurer votre résidence à l’étranger dans votre déclaration fiscale belge.

Dans le cadre des traités de double imposition, les revenus seront taxés dans le pays où se situe le bien. La Belgique doit donc exonérer les revenus provenant de ce bien immobilier.

Si votre bien immobilier est mis en location, la base imposable est égale aux revenus bruts. Le taux d’imposition est de 24%.

Si votre bien n’est pas loué, mais par exemple utilisé uniquement à titre personnel : l’impôt espagnol sur le revenu est dû à 24% d’un revenu locatif fictif estimé à 2% de la valeur cadastrale. Si cette dernière a été revue depuis 1994, le tarif s’élève à 1,1%.

Exemple : 150 € par an pour un appartement de 100.000€

Nous contacter
Conctez-nous